DSC02846   D'où vient ce sentiment étrange.

    À l'heure où tout repose, ici, là-bas, ailleurs ; et que tout bruit d'un silence indicible. De ce silence que l'on croit être, et qui n'est jamais. Rythmé sans cesse, même au plus profond de la nuit par un frémissement, un frôlement peut-être, un glissement sûrement : le clapotis des cœurs à l'unisson de leur chamade, de tous ces corps qui s'ensommeillent. De tous ces cœurs qui se posent, entre deux souffles, comme le battement de lèvres qui s'entrouvrent.

     D'où vient ce sentiment que malgré tout je suis seul ; quand tout est bruit et fureur bien avant la tempête.

    Je ne sais.

   Je ferme les yeux, une fois encore, pour mieux voir. Et du fond de mes ténèbres, pâles et souriants, surgissent, un à un, les visages de ceux que j'aime. Faces livides aux corps disloqués ; fuyantes, inaccessibles à tout jamais. Insaisissables souvenirs au-dehors pourtant si charnel : ou êtes-vous ?

   Ou êtes-vous pour avoir quitté ce monde. Dans quels limbes inexplorés voguez-vous à présent ? Je suis de ces enfants morts, qui n'ont pas eu de pensée, à peine un ondoiement de conscience. Quel que soit son temps, l'existence n'est qu'un vacillement. Un palpitement. Court, bref, un soubresaut peut-être. Je suis à cet instant, où la main envolée au-dessus du drap blanc, retombe ; ou la ronce, déjà, enchaînes Yseut à Tristan. Tout en un froissement de paupières se joue et dans les siècles emportés se noie.

  D'où vient ce sentiment, que même disparu; mes mains caressent vos joues. Est ce  illusion du cœur ou de l'esprit, qui recompose les êtres qui ne sont plus ? Je me laisse glisser vers l'abysse, comme on entre à pas lents dans les eaux d'une mer sans rivage, où les Moires implacables attendent celui qui se donne à elles. J'aime cette obscurité, où les images de mon passé s'entremêlent aux projections désordonnées de mon présent : Dripping complexe de mon âme goutte-à-goutte sur la toile de ma vie.   DSC02868                                                                                                                                    

    Il n'est de beauté qu'à l'ultime moment.    

                                                                     

   Quand le guerrier abîmé, une fois le combat accompli, cherche du regard, dans un dernier souffle les yeux de celui qu' il a tant aimé. Après seulement, viens le long apaisement.

   D'où vient ce sentiment étrange que malgré tout je suis seul. Et cette envie secrète de me laisser dissoudre, dans une partition de Gustav Mahler… Comme si au-delà des sons je devenais moi aussi musique, pour n'être enfin ; à légale de ceux que j'ai aimé et que je devine : qu'une âme.

                                                  DSC02872             

                                                                                                                  ERWAN